> FR > ONUCI EN BREF > MANDAT DE L’ONUCI >

MANDAT DE L’ONUCI


Protéger les civils et soutenir le Gouvernement dans le désarmement, la démobilisation, la réintégration des ex-combattants, dans la réforme du secteur de la sécurité et dans l’organisation de l’élection présidentielle de 2015.

Ayant considéré que la situation en Côte d’Ivoire continuait de menacer la paix et la sécurité internationales de la région et agissant en vertu du chapitre VII de la Charte des Nations Unies, le Conseil de sécurité a, aux termes de sa résolution 1528 du 27 février 2004, décidé de créer l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) à compter du 4 avril 2004. L’ONUCI remplace la Mission des Nations Unies en Côte d’Ivoire (MINUCI), une mission politique créée en mai 2003 par le Conseil avec comme mandat de faciliter la mise en oeuvre par les parties ivoiriennes de l’accord de paix qu’elles ont signé en janvier 2003.

A la suite de l’élection présidentielle de 2010 et la crise politique qui a suivi, l’ONUCI est restée sur le terrain pour protéger les civils et soutenir le nouveau Gouvernement ivoirien dans le désarmement, la démobilisation et la réinsertion des ex-combattants (DDR), ainsi que dans la réforme du secteur de la sécurité.

Le Conseil de sécurité à travers la Résolution 2162 proroge jusqu’au 30 juin 2015, le mandat de l’ONUCI tel que défini dans la Résolution 2000 (2011) et qui porte entre autres, sur l’appui de l’ONUCI aux autorités ivoiriennes pour la sécurisation et la stabilisation de la Côte d’Ivoire, l’appui à la Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS), l’appui au processus de Désarmement, de Démobilisation et de Réintégration (DDR) des ex-combattants ; le suivi de l’embargo sur les armes, le suivi des médias ; la protection de la population civile du risque imminent de violence physique sans préjudice de la responsabilité principale des autorités ivoiriennes et dans les limites de ses moyens et de ses zones de déploiement ; l’appui aux efforts de promotion et protection des droits de l’Homme ; l’appui à l’assistance humanitaire et l’appui à l’organisation du retour volontaire des réfugiés et des déplacés. Le Conseil de Sécurité donne aussi à l’ONUCI pour mandat d’aider le Gouvernement à préparer l’élection présidentielle prévue en 2015, notamment en facilitant le dialogue entre les acteurs politiques, y compris les représentants de la société civile et les partis politiques..

Par la Résolution 2162, adoptée le 25 juin 2014, le Conseil de sécurité décide que la protection des civils doit rester la priorité de l’ONUCI et décide également que l’ONUCI doit se concentrer davantage sur l’appui à fournir au Gouvernement pour les activités de Désarmement, de Démobilisation et de Réintégration (DDR) des ex-combattants et la Réforme du Secteur de la Sécurité, l’objectif étant de transférer progressivement au Gouvernement ivoirien la mission de sécurité de l’ONUCI.

Pour mieux s’acquitter de son mandat visant à faire comprendre le processus de paix et le rôle de l’ONUCI aux collectivités locales et aux parties ivoiriennes, l’ONUCI a mis sur pied un service de radiodiffusion connu sous le nom d’ ONUCI-FM. Lancée en août 2004, la radio, qui fournit à ses auditeurs une programmation riche et variée, est rapidement devenue un canal servant à encourager le dialogue inter-ivoirien, l’échange et la tolérance.La radio concourt aussi à l’action générale menée pour instaurer un climat de paix, dans la perspective de l’élection présidentielle d’octobre 2015.

ONUCI-FM émet en modulation de fréquence à Abengourou, Abidjan, Aboisso, Adzope, Bangolo, Bouaké, Bouna, Boundiali, Bondoukou, Dabakala, Daloa, Danané Daoukro, Divo, Ferkessedougou, Gagnoa, Guiglo, Korhogo, Man, Odienné, San Pedro, Seguela, Tabou, , Tai, Toulepleu, Yamoussoukro et Zuenoula. La radio continue à déployer des efforts pour couvrir tout le territoire national.

Par la résolution 2162, le Conseil de Sécurité décide que le personnel en tenue de l’ONUCI sera composé d’un maximum de 5437 militaires, soit 5245 membres des contingents et officiers d’état-major et 192 observateurs militaires, d’ici au 30 juin 2015. L’effectif autorisé de la composante de police de l’ONUCI est de 1500 agents et les 8 agents des douanes précédemment autorisés sont maintenus.

Le Conseil autorise le Secrétaire général à déployer, pour une période initiale d’un an, dans le cadre des mécanismes de coopération entre l’ONUCI et la MINUL (Mission de l’’ONU au Liberia) une force d’intervention rapide pour exécuter le mandat de l’ONUCI et pour apporter un appui au Libéria. Cette force qui devrait s’attacher en priorité à mettre en œuvre le mandat de l’ONUCI en Côte d’Ivoire, doit devenir pleinement opérationnelle au plus tard en mai 2015.

Le Conseil de sécurité affirme son intention d’envisager de réduire encore les effectifs de l’ONUCI, de revoir son mandat et d’y mettre éventuellement fin après l’élection présidentielle d’octobre 2015, en fonction des conditions de sécurité sur le terrain et de l’aptitude du Gouvernement ivoirien à assumer la mission de sécurité de l’ONUCI.


A LIRE AUSSI...






    Le Conseil proroge le mandat de l’ONUCI et des forces françaises qui la soutiennent jusqu’au 30 juillet 2008 pour aider la Côte d’Ivoire à organiser des élections.

    Le Conseil de sécurité a prorogé, ce matin, les mandats de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) et des forces françaises qui la soutiennent jusqu’au 30 juillet 2008.

    >>> Lire

    LES RESPONSABLES DE LA MISSION

    Document sans nom AÏCHATOU MINDAOUDOU REPRESENTANTE SPECIALE DU SECRETAIRE GENERAL DES NATIONS UNIES POUR LA COTE D’IVOIRE ET CHEF DE L’OPERATION DES NATIONS UNIES EN COTE D’IVOIRE (ONUCI) Le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, a annoncé le 17 mai 2013, la nomination de Mme Aïchatou Mindaoudou , du Niger comme sa Représentante spéciale pour la Côte d’Ivoire et Chef de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI). (...)
    >>> Lire